Le père paret : christianisme aujourd hui





histoire des cathédrales en france
D'unité et de constitution civile.

Au milieu de ces risques, par son comportement à la croyances clôture et prudente, le roi sut contenir les prétentions cléricale dans du maximum avantageux à son pouvoir, et faire prévaloir le pouvoir du roi sur la féodalité. À partir de cette époque nous voyons ces mise en places se ralentir, ou se finir en vitesse, à moins grand échelle, et s'atrophier pour ainsi dire. Les quelques études des opérations montrent que les réserves faites par les prélats se étaient épuisées, fréquemment en rachat de logements autour des anciennes cathédrales, et dans le lancement de la fabrication du église. Celle-ci, n’étant plus alimentée que par des dons par ans et les excédents dégagés par les ressources du monde du prélat, ralentissait donc.
À le décès de charles v, en 1380, les anglo-saxon ne possèdent plus que bordeaux, le cotentin et calais ; mais la sève est surmenée : les grandes églises dont la restructuration ne fut jamais commencée pendant tout le temps du xiiie siècle restent ce qu'elle étaient ; celles demeurées pas terminées se terminent avec difficulté.




architecture flamboyant
Ce sont les italiens de la renaissance qui ont nommé gotico médiéval ce style originellement désigné francigenum opus ( ou opus modernum ) , texto œuvre française, c’est-à-dire manière de construire en Île de france. Le terme gothique est semble-t-il utilisé pour la seule fois par l'artisan peintre raphaël vers 1518 dans un bilan à le chef du Église léon x sur la préservation des bâtiments antiques : raphaël considère que les arcs en ogive de l'architecture gothique rapellent le galbe des arbres formant les cabanes primitives des citadins des espaces verts d'allemagne - un mythe qui refera surface chez les romantiques - et fait référence, de façon impartial, à l'art moyenâgeux du ve siècle, nommant par contre le francigenum opus moyenâgeux sous le terme art tudesque1. Flamboyant est ensuite réutilisé dans un sens négatif par le critique d'art giorgio vasari en 1530, faisant lui référence à la sacoche de rome par les barbare goths. L'art moyenâgeux était ainsi le œuvre de sanguinaires pour les italiens de la renaissance, car il aurait résulté de l'oubli des techniques et des canons esthétiques gréco-romains. L'art moyenâgeux a aussi été intensément critiqué par des auteurs français tels que boileau, la bruyère ou jean-jacques rousseau, avant de devenir réhabilité par des maître d'oeuvres comme francesco borromini ou jan blažej santini-aichel inventeur du type baroque gothique

La plupart des archéologues et des spécialiste de l’histoires de l'art rejètent ce jugement et montrent que, par rapport à l'architecture romane qui la précède, l'architecture flamboyant n’est pas tellement une rupture qu'une évolution.


Une église est un édifice religieux dont le rôle principal est de simplifier le regroupement d'une communauté chrétienne. Il s'agit du principal édifice de ce modèle du la paroisse dans la christianisme. Les monuments qualifiés de chapelles sont fréquemment personnels, telque la chapelle d'un château fort, ou réservés à une communauté théologique, entre autres un monastère. La paroisse réside dans un édifice consacré à la prière et à les pratiques culturelles des catholiques. Spécialement, la messe est, par exemple, dite dans une paroisse par l'aumônier, dans le culte catholique et la religion orthodoxe. Dans le protestantisme, le même bâtiment ayant la même utilité est au niveau historique nommé le temple et non pas la paroisse, le terme ( Église avec majuscule ) étant essentiellement retenu afin de désigner l'entreprise, ou alors la communauté des catholiques.




tournant
Depuis les origines et jusque à le xve siècle, dans tous les pays chrétiens, le édifice du église était adapté à une prière d'ensemble dirigée vers l'est. Car l'attente du soleil levant est un trait essentiel de la prière et de la spiritualité chrétiennes. Maintenant cette tradition est maintenue dans le Église d'orient. De même, le soleil veut dire premièrement clarté et clarté démesuré et d'après saint eusèbe d'alexandrie, les catholiques jusque à le ve siècle adoraient dieu le portait tourné vers le soleil levant. Le soleil montant étant très souvent comparé à un volatile. Le mazdéisme assimile le soleil à un coq qui annonce le soulever de la journée, et nos clochers chrétiens emportent encore cet oiseau qui incarne la vigilance du âme en attendant la deuxième débarquée du christ, l'apparition de la grande aurore1. Le coq est bien entendu fréquemment représenté avec les accessoires de la passion.